Point de presse du porte-parole - 21 septembre 2015

JPEG
1 - Liberté d’expression - Intervention de M. Harlem Désir au colloque organisé par Cartooning for Peace (21 septembre 2015)

M. Harlem Désir participe ce lundi 21 septembre 2015 au colloque « Le dessin de presse dans tous ses états » organisé au Conseil économique, social et environnemental par Cartooning for Peace.

Il échangera avec le dessinateur Plantu lors d’une table ronde sur le thème : "Liberté d’expression et l’Europe dans tout cela ?". Harlem Désir rappellera la détermination du gouvernement français à défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression, en France et dans le monde.

Le secrétaire d’État chargé des affaires européennes recevra ce soir les participants lors d’une rencontre au Quai d’Orsay pour saluer le travail et l’engagement de ces personnalités en faveur de ces valeurs.

2 - Népal - Promulgation de la nouvelle constitution (20 septembre 2015)

La France salue la promulgation par le Népal de la nouvelle constitution, qui parachève ainsi un processus politique engagé en 2008.

Il s’agit d’une étape essentielle pour poursuivre la réconciliation nationale et renouer avec la stabilité politique et le développement.

3 - Cameroun - Attentats (20 septembre 2015)

La France condamne les attentats terroristes qui ont entraîné la mort de deux civils et d’un policier le 20 septembre à Mora (Nord du Cameroun).

Nous adressons nos condoléances aux familles des victimes.

La France assure les autorités et le peuple camerounais de sa solidarité. Elle se tient aux côtés du Cameroun et de ses voisins engagés dans la lutte contre le terrorisme.

4 - Maroc - Appel de Tanger pour une action solidaire et forte en faveur du climat (20 septembre 2015)

Je vous rappelle par ailleurs l’appel de Tanger lu par le ministre et son homologue marocain le 20 septembre à l’occasion du déplacement du président de la République.

1. Le changement climatique constitue l’une des plus graves menaces pour l’humanité dans son ensemble. La France et le Maroc sont gravement préoccupés par ses impacts négatifs croissants sur l’environnement, sur le développement économique et social, ainsi que sur la paix et la sécurité internationale.

2. A la veille de la 21ème Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris à la fin de l’année 2015, et dans la perspective de la 22ème Conférence des Parties, que le Maroc se propose d’accueillir en 2016 à Marrakech, nous lançons un appel à la communauté internationale pour amplifier la lutte contre le dérèglement climatique.

3. L’urgence requiert de notre part une action solidaire et forte en faveur du climat. Il nous faut agir vite, bien et collectivement. Les décisions que nous prendrons au plan international doivent aller de pair avec des initiatives tangibles et rapides sur le terrain.

4. Alors que la communauté internationale s’apprête à adopter en septembre dans le cadre des Nations unies des objectifs de développement durable, il est impératif de saisir les occasions des conférences de Paris et de Marrakech pour accélérer la transition vers une « économie mondiale verte », conciliant les aspirations légitimes au développement avec les impératifs de durabilité des ressources et de réduction des risques environnementaux.

5. La bataille contre le dérèglement climatique est une bataille pour le développement. Elle peut et doit être intégrée dans les politiques nationales de développement durable, que ce soit sous l’angle de la sécurité alimentaire, de l’accès aux énergies renouvelables ou de la lutte contre la précarité.

6. Le clivage Nord-Sud n’est pas une fatalité. La lutte contre le dérèglement climatique peut être un combat commun si elle est appréhendée sous le sceau de la responsabilité commune mais différenciée, de la solidarité et de l’engagement de tous à agir.

7. La France et le Maroc sont engagés à n’épargner aucun effort pour oeuvrer en faveur de l’adoption lors de la Conférence de Paris d’un accord universel, global, durable, équilibré et juridiquement contraignant, s’appuyant sur les objectifs et les principes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et permettant de limiter le réchauffement climatique en deçà de deux degrés Celsius et de parvenir à une économie décarbonée. Au regard de cet objectif, un rehaussement régulier de nos efforts nationaux et de notre effort collectif est nécessaire. La Conférence de Marrakech constituera une étape importante dans ce sens. Cet effort de long terme passe par la publication par tous les pays de contributions nationales d’ici la Conférence de Paris et par l’élaboration de plans nationaux de développement sobres en carbone et d’adaptation à long terme.

8. Une grande attention doit être portée aux pays en développement, y compris les pays les moins avancés et les petits Etats insulaires en développement, qui sont les plus vulnérables face au dérèglement climatique. Il conviendrait d’accorder la même importance à l’adaptation aux impacts du changement climatique et à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre. L’efficacité et le niveau d’ambition de l’action menée par les pays en développement contre le changement climatique sera d’autant plus forte que des moyens complémentaires, conséquents et stables seront mobilisés en leur faveur.

9. Nous appelons les pays développés à préciser le soutien financier qu’ils apportent déjà et apporteront dans les prochaines années afin d’atteindre l’objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an, à compter de 2020, de sources publiques et privées, en faveur d’actions de lutte contre le changement climatique dans les pays en développement.

10. Les institutions financières internationales, régionales et nationales devront être davantage encouragées à favoriser le financement des projets ayant un bénéfice pour le climat et à intégrer la prise en compte des risques climatiques dans leurs décisions.

11. Nous encourageons un renforcement des partenariats internationaux de recherche et développement et de transfert de technologies, ainsi que des programmes de renforcement de capacités, afin d’accélérer la diffusion dans les pays en développement des technologies propres.

12. Pour être crédibles, les engagements qui seront pris par les Parties au plan international devront s’appuyer sur des actions volontaristes à l’échelle nationale et locale. A cet égard, une mobilisation encore plus forte des autorités locales, des entreprises, des organisations non gouvernementales et des individus est un complément indispensable à l’action des États.

13. Une mobilisation durable et efficace contre le changement climatique implique un meilleur accès à l’éducation et à l’information en matière d’environnement. Plus grande est la connaissance des problématiques environnementales, meilleure est la compréhension des enjeux qui leur sont liés et plus entreprenante est l’action contre le dérèglement climatique.

14. Conjugué à l’accroissement démographique, le dérèglement climatique exerce une pression grandissante sur des écosystèmes déjà vulnérables et des agricultures déjà fragiles en Afrique. Un appui additionnel et rapide est indispensable pour accompagner les pays africains dans leurs efforts de développement durable. La France et le Maroc sont pleinement engagés dans ce sens et prêts à renforcer encore leur soutien, y compris dans le cadre d’une coopération triangulaire.

15. Convaincus que les Conférences de Paris et de Marrakech doivent être des étapes complémentaires au service de l’avancement de la lutte contre le changement climatique, nous sommes convenus de travailler, main dans la main, pour la réussite de ces deux rendez-vous, dans l’esprit de coopération, de solidarité et d’excellence qui a toujours marqué le Partenariat d’exception entre la République française et le Royaume du Maroc.

5 – Ukraine

Q - Les ministres ont discuté du plan de Pierre Morel lors de la dernière réunion en format Normandie à Berlin. Est-ce que vous avez un commentaire à ce sujet ? Quels sont les éléments principaux de la proposition de M. Morel et comment s’articule-t-elle avec l’accord de Minsk ?

R - Lors de la réunion ministérielle en format "Normandie" qui s’est tenue le 12 septembre à Berlin, il a été convenu que les modalités du volet politique des mesures agréées à Minsk seraient discutées dans le cadre du groupe de travail sur les questions politiques.

Ce travail est en cours afin d’obtenir des avancées en vue du sommet prévu à Paris le 2 octobre.

6 - Syrie

Q - Est-ce que France envisage de participer à une coalition avec la Russie dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) ? Si oui, sous quelles conditions ?

R - Comme l’ont indiqué le président de la République et M. Laurent Fabius, la France agit en Syrie en pleine autonomie et en liaison avec la coalition internationale contre Daech.

La solution à la crise syrienne est politique. Nous travaillons avec l’ensemble de nos partenaires, et en particulier avec les membres permanents du conseil de sécurité. Nous invitons la Russie à jouer un rôle constructif en incitant le régime à s’engager dans une transition crédible, conforme au communiqué de Genève.

M. Laurent Fabius aura plusieurs entretiens à ce sujet la semaine prochaine à New York à l’occasion de la semaine ministérielle de l’assemblée générale des Nations unies.

Q - Quel est l’objet de la réunion prévue jeudi soir entre M. Fabius et ses homologues européen, allemand et anglais ? Un point presse est-il prévu ?

R - Au lendemain du conseil européen sur les réfugiés et à quelques jours de la semaine ministérielle de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, M. Laurent Fabius discutera jeudi soir avec ses homologues allemand et britannique ainsi qu’avec Mme Mogherini de la crise en Syrie. Ils feront le point sur la situation sur le terrain, sur les efforts diplomatiques nécessaires pour parvenir à un gouvernement de transition ainsi que sur la façon de gérer le flux de réfugiés syriens au Proche-Orient et en Europe.

Nous vous tiendrons informés ultérieurement des modalités prévues pour la presse.

Dernière modification : 21/09/2015

Haut de page