Point de presse du porte-parole - 15 septembre 2015

JPEG
1 - Tunisie - Rencontre de Mme Annick Girardin avec des parlementaires tunisiens (Paris, 15 septembre 2015)

Mme Annick Girardin, secrétaire d’État chargée du développement et de la Francophonie, reçoit ce soir quatorze parlementaires tunisiens.

Ces jeunes parlementaires, élus en 2014 lors des premières élections législatives après l’adoption d’une nouvelle constitution, participent au programme des personnalités d’avenir du ministère des affaires étrangères et du développement international. Ils ont entamé dimanche 13 septembre une visite de six jours à Paris et à Bruxelles.

Mme Annick Girardin échangera avec eux sur notre coopération bilatérale, sur la crise des réfugiés et sur la situation de la jeunesse de Méditerranée.

2 - Diplomatie économique - Lancement du "mois de l’investissement en France" (15 septembre-15 octobre 2015)

Le "mois de l’investissement en France" s’ouvre aujourd’hui. Du 15 septembre au 15 octobre, des événements spécifiques seront organisés dans une cinquantaine d’ambassades pour promouvoir l’attractivité du territoire français auprès des décideurs économiques locaux.

L’objectif de cette initiative inédite est, au même moment et sur la base d’une présentation similaire, de sensibiliser les décideurs économiques et les relais d’opinion sur les atouts de la France, les réformes en cours en matière de compétitivité et les mesures pour mieux accueillir les investisseurs internationaux.

Cette opération sera élargie lors de la prochaine édition en 2016.

3- Maroc

Q - Le président François Hollande effectue les 19 et 20 septembre une visite de travail et d’amitié au Maroc qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle dynamique que connaît la coopération bilatérale dans tous les domaines. Quel regard portez-vous sur cette dynamique qui intervient après une année de brouille diplomatique ? Et quelles sont les perspectives qu’ouvre cette visite notamment en matière de coopération dans les domaines économique et sécuritaire ?

R - Nous avons avec le Maroc un partenariat d’exception.

Le déplacement du président de la République à Tanger permettra d’approfondir notre coopération dans tous les domaines. Pour plus de détails, je vous invite à prendre l’attache des services de la présidence de la République.

4 – Union européenne - Réfugiés

Q - Bonjour, comment pouvez-vous évaluer l’attitude des pays qui rejettent l’idée de quotas de répartition des réfugiés, après l’échec lundi d’une réunion européenne ? Est-ce que l’UE va discuter les moyens de pression sur ces pays ?

R - A l’issue du conseil des ministres européens de l’intérieur qui s’est tenu hier, M. Bernard Cazeneuve a indiqué qu’une décision avait été prise pour rendre opérationnel le dispositif de contrôle des frontières de l’Union européenne par la mise en place de "hotspots" (centres d’accueil) en Italie et en Grèce et pour relocaliser 40 000 personnes, mais qu’un effort restait à faire pour mettre en place un mécanisme temporaire pour 120 000 réfugiés supplémentaires.

M. Bernard Cazeneuve a ajouté que "l’Europe n’est pas une Europe à la carte et la solidarité n’est pas divisible. La charge de l’accueil des réfugiés ne peut pas reposer sur seulement cinq pays de l’Union européenne qui accueillent à eux seuls 75 % des demandeurs d’asile et des réfugiés."

Cette discussion va se poursuivre dans les prochains jours et les semaines à venir.

5 - Jérusalem – Esplanade des Mosquées

Q - Comment la France réagit-elle aux exactions commises sur l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, depuis dimanche dernier ? La France condamne-t-elle le recours par la police israélienne aux grenades assourdissantes, aux gaz lacrymogènes et aux balles en caoutchouc contre les Palestiniens ?

R - La France condamne les affrontements violents qui ont lieu depuis le 13 septembre sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem.

Nous rappelons notre attachement au respect des lieux saints de Jérusalem.

Ces événements soulignent la nécessité de relancer les pourparlers de paix pour progresser vers une résolution du conflit. La France, qui a proposé la mise en place d’un nouvel accompagnement international du processus de paix, est prête à y prendre toute sa part.

6 - Syrie

Q - Vous réclamez que l’Iran participe à une résolution du conflit en Syrie. Téhéran soutient un maintien d’Assad, vous êtes contre. Comment gérez-vous cette contradiction ? Allez-vous changer de position à l’égard d’Assad comme vous avez changé de position sur les frappes en Syrie ?

R - Le Premier ministre et M. Laurent Fabius s’exprimeront cet après-midi devant l’Assemblée nationale et le Sénat à l’occasion du débat sur l’engagement des forces aériennes pour des vols de reconnaissance au-dessus du territoire syrien.

Comme vous le savez, nous invitons les Russes et les Iraniens à jouer un rôle constructif en incitant le régime à s’engager dans une transition crédible, conforme au communiqué de Genève.

La France soutient les efforts de l’envoyé spécial des Nations unies, M. Staffan de Mistura, pour parvenir à un règlement politique de la crise.

Dernière modification : 15/09/2015

Haut de page