Conférence Paris Climat 2015

La France a été désignée pays hôte pour l’organisation de la 21ème Conférence des Parties (COP21) à la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), avec l’objectif principal de parvenir à un nouvel accord international sur le climat, applicable après 2020 à tous les pays.

Le président de la République, François Hollande, avait fait part, en septembre 2012, de la candidature de la France pour accueillir en 2015 cette conférence déterminante.

JPEG

Pourquoi la France ?

Chaque année, la Conférence se déroule par rotation dans l’un des pays des cinq groupes régionaux de l’Organisation des Nations Unies : Asie-Pacifique, Europe de l’Est, Amérique Latine – Caraïbes, Europe de l’Ouest élargie et Afrique. La Pologne a été choisie comme pays-hôte pour 2013, le Venezuela pour la réunion préparatoire de 2014 et, enfin, le Pérou pour la Conférence proprement dite fin 2014. En 2015, la présidence de la Conférence sur le climat reviendra donc à la France.

La France a engagé sa transition écologique et énergétique avec pour objectif de réduire sensiblement ses émissions de carbone. Ses émissions de gaz à effet de serre par habitant sont déjà parmi les plus faibles des pays développés. Elle travaille étroitement avec les pays en développement, par le biais de son aide au développement, pour favoriser des transitions vers des économies sobres en carbone.
Au sein de l’Union européenne, la France défend une position ambitieuse avec une réduction, par rapport à 1990, des émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici à l’horizon 2030. Cet objectif fait partie des propositions de la Commission européenne aux États membres dans le cadre du paquet Énergie-Climat 2030.

Les enjeux de la COP21

Cette conférence devra marquer une étape décisive pour atteindre un accord international pour l’après-2020, avec comme objectif que tous les pays, dont les plus grands émetteurs de gaz à effet de serre (pays développés comme pays en développement) soient engagés par un accord universel contraignant sur le climat.
La France souhaite un accord applicable à tous, suffisamment ambitieux pour permettre d’atteindre l’objectif de limiter à deux degrés le réchauffement de la planète.

L’accord devra traduire un changement d’orientation, prenant en compte le défi climatique non comme un nécessaire « partage du fardeau » des émissions, mais également comme une opportunité de créations d’emplois et de richesses, par le biais du développement de nouveaux modes de production et de consommation.

L’événement aura lieu sur le site ‘Paris-Le Bourget’. La France a choisi de placer cette conférence sous le signe de l’exemplarité environnementale, et mettra en œuvre un programme d’action permettant de réduire au maximum l’impact de la réunion sur le plan des consommations de ressources naturelles (eau, déchets, énergies) et des émissions de gaz à effet de serre.

Déclaration du ministre des Affaires étrangères et du Développement International, M. Laurent Fabius (Conseil européen des 23-24 octobre 2014)

Le Conseil européen est parvenu à un accord sur un nouveau cadre politique en matière de climat et d’énergie. Je m’en réjouis.

Il prévoit que l’Union européenne réduira ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% à l’horizon 2030. Cet objectif traduit l’ambition européenne dans le cadre de la négociation internationale qui doit permettre de parvenir à un accord international lors de la Conférence Paris-Climat 2015.

Le cadre défini par le Conseil européen répond à la volonté française d’une politique ambitieuse de lutte contre les dérèglements climatiques. Bâti sur les principes d’efficacité et de solidarité européenne, il permettra à l’Union d’effectuer la transition énergétique nécessaire pour renforcer son autonomie énergétique et garantir un approvisionnement compétitif de l’industrie et des ménages européens.

L’accord des Européens sur ce nouveau cadre énergie-climat constitue une étape importante pour un accord international permettant de répondre à l’urgence de la lutte contre les dérèglements climatiques. C’est un signe positif sur la route de la Conférence Paris-Climat 2015.

Plus d’informations :
Site du ministère des Affaires étrangères
Site du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie

Dernière modification : 02/04/2015

Haut de page