Bilan de la 64e réunion de la Commission baleinière internationale

"La commission baleinière internationale a été créée par la convention de Washington en 1946. Elle règlemente la chasse à la baleine et favorise et coordonne la recherche sur les baleines. Elle se réunit annuellement dans un des États parties. La France en est membre depuis l’origine.

Alors que cette commission vient de se réunir à Panama, la France fait part de sa grave préoccupation devant l’intention de la Corée du Sud de lancer une campagne de chasse scientifique à la baleine. Cette pratique contestée, issue d’une disposition ancienne de la convention sur la chasse à la baleine et parfois mise en oeuvre à grande échelle, n’a plus aujourd’hui de raison d’être. La France rappelle que la mise à mort de baleines sous un prétexte scientifique n’est à l’heure actuelle pas justifiée, alors même que l’état du stock de cétacés concerné reste incertain.

Nous regrettons cette décision et appelons la Corée du Sud à reconsidérer son choix.

La France ne reconnaît que le droit à une chasse traditionnelle de subsistance, notamment au Groenland, à condition qu’elle soit conforme aux critères définis par la Commission Baleinière Internationale (satisfaction des besoins alimentaires et culturels destinés à la communauté). La demande en augmentation présentée par le Danemark ne nous semble pas respecter ces critères. Nous n’avons dès lors pas pu soutenir une augmentation des quotas, dans un contexte d’extension du caractère commercial de la chasse à la baleine pratiquée au Groenland.

Je rappelle enfin la position de l’Union européenne sur ce sujet, qui constitue un signal fort des États membres pour une protection optimale des cétacés."

Déclaration du porte-parole du 12 juillet 2012

Dernière modification : 14/05/2018

Haut de page