A la découverte des communautés indigènes Guna et Embera

Accompagné de l’écrivain Olivier Rolin, l’Ambassadeur, Brice Roquefeuil s’est rendu sur deux territoires des communautés indigènes Guna et Embera.

Activités culturelles avec les enfants de maternelle de l’école Cartí Tupile, dans la comarque de Guna Yala

Le samedi 26 mai, l’ambassadeur et Olivier Rolin ont rejoint l’île Tupilé, située dans l’archipel des San Blas où il a été accueilli par les professeurs d’une classe de maternelle. Après avoir assisté à un spectacle de danse et découverts les mélodies des joueurs de Kamu, instrument traditionnel Guna, l’ambassadeur a été reçu par le sahila, principal autorité de la communauté.

Le déplacement s’est achevé par l’organisation d’un atelier de peinture sur toile, dirigé par l’ambassadeur. 36 élèves de maternelle y ont participé.

Dialogue avec la communauté Embera de Piriati

Le vendredi 25 mai, l’Ambassadeur et Olivier Rolin ont rencontré les représentants Embera de Piriati, dans la région du Alto Bayano, situé à l’est du Panama et à 120 km de la capitale. Cette immersion d’une journée a donné lieu à un échange prolifique sur l’histoire, l’organisation politique, les pratiques culturelles locales et les défis rencontrés par cette communauté indigène de près de 700 habitants.

Notamment grâce aux récits du cacique, Rodolfo Cunampio, l’Ambassadeur a eu l’honneur de découvrir les méthodes de construction des maisons traditionnelles au toit conique faites avec des feuilles de palmes (wagara), les multiples usages de la flore à l’instar de l’arbre cocobolo, dont le bois sert à l’artisanat et les feuilles à la confection de remèdes médicinaux, les chants et les danses rituelles "mariposa" et"colibri" qui accompagnent la célébration de certaines cérémonies mais aussi la richesse et la signification des peintures corporelles réalisées à partir de jus tiré du fruit de l’arbre jagua.

Pourtant, aujourd’hui, les pratiques ancestrales de la communauté sont en danger.

C’est en 1975 que la communauté Embera installée à proximité du lac Bayano a été expropriée suite à la construction d’un barrage hydroélectrique. Déplacés dans un environnement moins adapté à leur mode de vie et dépourvu des ressources naturelles nécessaires à la construction de leur habitat traditionnel, les Embera de Piriati luttent pour la défense de leur identité culturelle. Les difficultés de transmission de la langue autochtone embera illustrent les défis auxquels cette communauté est confrontée.

La protection de l’environnement, la représentativité des femmes et la création d’une radio communautaire font également partie des nombreux sujets, porteurs d’espérance, qui ont été abordés.

Initiatives et coopération

Après un repas partagé autour des saveurs françaises et emberas, la discussion a permis de retracer les liens tissés entre la France et l’Union européenne et la communauté Embera à travers l’expérience de plusieurs compatriotes français ou européens.

lecture textes de J.M.G. Le Clezio, lauréat du prix Nobel de littérature en 2008

« Entre 1970 et 1974, j’ai eu la chance de partager la vie d’un peuple amérindien, les Emberas, et leurs cousins germains, les Waunanas, dans la province du Darién au Panamá, expérience qui a changé toute ma vie, mes idées sur le monde et sur l’art, ma façon d’être avec les autres, de marcher, de manger, de dormir, d’aimer, et jusqu’à mes rêves. » (La fête chantée, 1997.)

Cet atelier de lecture s’est terminé sur l’hommage rendu par Le Clezio à Elvira, conteuse Embera qu’il avait rencontrée dans le Darién [1] et à qui il a dédié son prix Nobel. [2]Emus par la description minutieuse des pratiques des Embera du Darién faite par Le Clezio et profitant de la présence de l’écrivain Olivier Rolin, nos hôtes ont pris l’initiative d’un débat sur la civilisation et l’écriture.

coup d’oeil sur les clichés pris par Dominique Rault

En relation avec l’Alliance Française de Panama, l’auteur-photographe Dominique Rault a immortalisé le mode de vie des Embera de Piriati. La série "Embera, le charnel à fleur de pinceau" et le reportage "Sagesse Embera" sont le fruit de son travail. [3]

présentation du projet de reboisement porté par Anthony Sardain

Impliqué dans des projets de développement durable au Panama depuis 2013, Anthony Sardain, jeune français diplômé en biologie a récemment travaillé avec la communauté de Piriati et le Congrès général Embera du Alto Bayano afin de créer l’ONG Ējuã Wãdrãrã. Son objectif principal est de promouvoir la restauration, le reboisement et la protection de la forêt et ses ressources naturelles dans la région du Alto Bayno. En l’espace de 9 mois, une équipe de 19 jeunes Embera a - entre autres - reboisé 2500 arbres aux alentours de la communauté, a créé une pépinière qui servira à toute la communauté et a réintroduit plusieurs espèces en voie de disparition dans la région. Ce projet a été financé par le Coady International Institute au Canada dans le cadre du Ocean Path Fellowship.

présentation du projet de "justice juvénile indigène" soutenue par l’Union européenne

Piloté par Terre des hommes et la Fondation pour la promotion des savoirs-faire indigènes (FPCI, selon son sigle espagnol), le projet "justice juvénile indigène" a débuté en janvier 2017 et s’achèvera en décembre 2018. Il a pour objectif de renforcer la protection et la promotion de la jeunesse indigène panaméenne en conflit avec la loi. A Piriati, où l’on applique - entre autres - la sanction du cepo, mode coutumier de châtiment corporel, proche de la mise au pilori, le programme "justice juvénile indigène" a permis de distinguer les bonnes pratiques des pratiques nocives.

La délégation de Terres des hommes au Panama a récemment participé au Congrès Mondial sur la Justice pour Enfants 2018 intitulé : « Renforcer les systèmes de justice pour les enfants. Défis, y compris ceux liés au désengagement de l’extrémisme violent ». L’événement s’est tenu au siège de l’UNESCO à Paris du 28 au 30 mai 2018.

[1Située à la frontière entre le Panama et la Colombie, le Darién est la région originaire de la communauté Embera.

Dernière modification : 14/06/2018

Haut de page